Article

Les femmes dans la Résistance!

“Sans les femmes il n’y aurait pas eu de Résistance.”
(Robert Créange, cité par le documentaire de France 3 Ils y étaient)
Oui! Sans les femmes, en tout cas, la Résistance n’aurait pas été ce qu’elle fut: le sursaut de tout un peuple, en ce qu’elle a représenté toutes les grandes composantes, ou presque, de notre société.

“… le rôle des femmes dans la Résistance qui était extrêmement important. Sans les femmes, il n’y aurait pas eu de Résistance.”

[Robert Créange, "écolier en 1941", interviewé dans le documentaire Ils y étaient, qui suivait Un Village français, sur la 3, le 5 12 2010.]

Jugement à l’emporte pièce, certes. Mais qui a le mérite du coup de fouet dans le silence de l’oubli. Les grands chefs étaient des hommes: de Jean Moulin au colonel Fabien. L’époque ne laissait guère de place aux femmes, que ce soit à droite comme à gauche, Les femmes célèbres de la Résistance sont nombreuses, mais on a toujours l’impression qu’il s’agit d’individualités exceptionnelles dans un monde d’hommes. Et l’image de la femme au foyer, remplit l’espace: responsable, remplaçant l’homme absent, souvent en usine, partageant son  temps entre le travail, les queues, les enfants, les semelles de bois et le ravaudage, c’est vrai qu’elles mènent une vie dure! qu’elles sont souvent extraordinaires. Mais il y avait aussi les combattantes, parfois les mêmes, qui faisaient triples journées. Elles portaient les messages, transportaient des armes, distribuaient les tracs, la presse clandestine – Le Silence de la mer, de Vercors et des éd. de Minuit, à travers les grandes villes, c’est elles encore. Beaucoup usaient de leurs relations pour faire du renseignement. Elles offraient gite et couvert aux aviateurs alliés, cachaient les fugitifs, préparaient les atterrissages, servaient de guides pour le passage en zone “libre”, en Espagne, en Suisse. On les a vues “au piano” ou réparer des moteurs. Et combien ont combattu les armes à la main, “comme des hommes!”

Oui! Sans les femmes, en tout cas, la Résistance n’aurait pas été ce qu’elle fut: le sursaut de tout un peuple, tout non pas dans le nombre (!…), mais dans ce qu’elle a représenté toutes les grandes composantes de notre société de l’époque. Et ce fut, si je me souviens bien, l’une des raisons pour De Gaulle de leur accorder le droit de vote (“accorder”, mot étrange, et qui a encore de beaux restes).

A l’occasion de ce documentaire, je me suis replongé dans Mémoire et Histoire: la Résistance, auquel ont participé une trentaine d’universitaires sous la direction de Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie. Sans mettre en cause la qualité de l’ouvrage et des interventions, j’ai été étonné de n’y trouver, hormis de brèves allusions, aucun texte consacré aux femmes.
On me rétorquera peut-être que ce sujet n’entrait pas dans la logique qui présidait au choix des thèmes des articles. Y trouvent place “les réactions de divers milieux”: juifs, espagnols, protestants, royalistes; je regrette qu’on n’ait pas élargi l’étude à cette dimension autre, que représentaient les femmes.

Cela dit, je conseille vivement à ceux que la problématique du livre et le sujet intéressent de lire ce remarquable travail (v. la bibliographie).

3 Comments

  1. 23 juillet 2011 at 3:24 | Permalink

    Привет как дела ? Статья класс :)

  2. 16 décembre 2011 at 12:25 | Permalink

    Зачем вы меня обманываете ! Сами пишите а мне даже комментарий нельзя сказать !!! Почему не размещаете мои ответы !
    Это не блог ес ли мне ответ даже нельзя написать !

  3. 22 décembre 2011 at 2:17 | Permalink

    Thanks ! Gut gut

Poster un commentaire

Votre email n'est jamais publié ni transmis. Les champs obligatoires*

*
*